Revue n°172 Que signifie la "pleine communion" avec l'Église ?

Il est beaucoup question dans les débats qui agitent l’Eglise aujourd’hui de la « pleine communion ». La signification de ce terme semble devoir être précisée cela d’autant plus que, jusqu’à une époque récente le substantif de communion n’avait pas besoin d’être qualifié. On était, ou on n’était pas, en communion avec l’Église et les expressions de communion « pleine » ou au contraire « imparfaite » étaient inusitées. Disons pour faire simple que la « pleine communion » se concrétise dans la profession commune de la foi, l’usage des moyens de sanctification que sont les sacrements et la soumission à l’autorité hiérarchique légitime. Malheureusement la situation n’est, concrètement, pas si simple…

La récente canonisation du père de Foucauld est l’occasion pour notre bibliste Cassiodore d’analyser ce que la vie spirituelle de l’ermite de l’Assekrem doit à l’Écriture sainte. Tout se résume en cette formule lumineuse, tout imprégnée de l’enseignement de l’école française de spiritualité : En fin de compte, c’est « selon l’Évangile de Jésus, selon les paroles de Jésus, les exemples de Jésus, les conseils de Jésus, les enseignements de Jésus » que nous serons jugés.

Moins d’un an après la publication du motu proprio Traditionis custodes visant, concrètement, à la disparition de la célébration du rite romain traditionnel de la messe, le 40e pèlerinage de Pentecôte, de Paris à Chartres les 4, 5 et 6 juin derniers a manifesté la vigueur et la jeunesse du monde traditionnel qui n’a pas l’intention de se laisser supprimer ou réduire à une réserve d’indiens, par ukases pontificaux, sans combattre. En une exhortation ardente et dense, le chanoine Benoît Merly réveilla les esprits assoupis et enflamma les cœurs attiédis en prêchant le Sacré Cœur, espoir et salut des nations.

Avec désormais quelques mois de recul, notre chroniqueur, le général (2S) Marc Paitier tire les premiers enseignements des opérations militaires en cours en Ukraine. Au-delà des aspects purement techniques notre auteur observe l’importance des questions psychologiques et morales dans la conduite d’un conflit. La résistance ukrainienne a surpris le monde entier par sa vigueur et sa ténacité. C’est l’occasion de s’interroger sur ce que serait le degré de résistance de la population française confrontée à une agression analogue.

Sommaire :

3/Que signifie la “pleine communion” avec l’Église ? Jean-Pierre Maugendre
5/ Saint Charles de Foucauld et l’Écriture sainte. Cassiodore
6/Notre-Dame de Chrétienté – Sermon au pèlerinage de Chartres. Chanoine Benoît Merly
9/ Jean Madiran et Mgr Lefebvre – Retour sur un entretien. Jacques-Régis du Cray
11/ La guerre en Ukraine : un vent mauvais qui nous concerne. Général(2S)Marc Paitier
15/ Saint Charles de Foucauld, une chance pour la France. Père Danziec
16/ Questions aux auteurs du livre Histoire du MJCF
18/ Le coin des lectures
21/ Émissions
22/ Colloque – Quel avenir pour la messe traditionnelle ?

 

7,00

Informations complémentaires

Nombre de pages

24 pages

Date

Mai-juillet 2022