Sauvez-les tous !

Il avait été sublime. Ne ménageant pas sa peine. Consolant les uns. Encourageant les autres. Les exhortant tous. Et puis, il lui avait fallu se rendre à l’évidence : la défaite était consommée. Il n’eut plus alors qu’un objectif : les sauver tous ! Tous ces enfants dont il s’était senti le père pendant tant d’années. Le navire prévu pour son évacuation s’étant approché du rivage il ne put se résoudre à choisir parmi ses enfants, à abandonner à leur triste sort une partie de ses ouailles. Bientôt submergé de chrétiens fuyant la fureur des Mamelouks l’esquif sombra. Pour avoir voulu les sauver tous, il les condamna tous à la noyade ! Ainsi disparut, au large de Saint-Jean-d’Acre, le 18 mai 1291, le patriarche latin de Jérusalem, Nicolas de Hannapes. Par une compassion aussi vive que désordonnée le patriarche ne fit en réalité qu’ajouter du malheur au drame en cours.

Sommes-nous vraiment en guerre ?

Emmanuel Macron semble, inconsciemment, avoir mis ses pas dans ceux de Nicolas de Hannapes. Le ton fut martial : « Ne pas choisir entre les malades », « Rien n’est plus important que la vie humaine », etc. Qui ne souscrirait à de telles déclarations si nous n’étions, on nous l’a assez répété, en temps de guerre ? Période pendant laquelle le médecin sur le champ de bataille choisit parmi les blessés devant être opérés, ceux qui ont des chances de survivre, et ceux pour lesquels la seule aide utile est celle de l’aumônier. Il n’y a pas de guerre sans morts, ni sacrifices, voire sacrifiés. Ainsi Léonidas et ses trois cents Spartiates, au défilé des Thermopyles en 480 av JC, firent-ils le sacrifice de leur vie afin que la Grèce ait le temps de se ressaisir face aux assauts des armées perses de Xerxès 1er. M Macron voudrait mener une guerre sans mort ni choix, douloureux, à faire. Cela est impossible. Face à la guerre virale en cours une nouvelle dictature sanitaire de salut public a été instaurée. Malgré cela, l’expérience précédente, en l’occurrence le confinement du printemps, ne semble pas avoir obtenu des résultats particulièrement probants. Nonobstant ce bilan pour le moins mitigé on prend les mêmes et on recommence avec une nouvelle variante de l’épisode des masques, le Président de la République ayant rappelé : « Nous avons tout le matériel nécessaire ». En outre on ne peut négliger le fait, avec un peu de recul, qu’un certain nombre de mesures prises semblent grosses de dommages collatéraux importants. Ainsi, de diverses sources, commencent à apparaître des chiffres manifestant une augmentation sensible du nombre des suicides. En effet, de nombreuses personnes, n’ont souvent plus, comme vie sociale, que leurs relations avec leurs amis et les activités organisées par leurs communes. L’interdiction des unes et la suppression des autres entraînent une solitude, cette nouvelle pauvreté, aux conséquences parfois fatales. De plus, est-il bien raisonnable de condamner au chômage et à l’assistanat toute une génération pour préserver « quoi qu’il en coûte » toutes les vies ? Non pas que toutes les vies ne se valent pas dans l’absolu mais simplement parce que le bon sens l’a déjà formulé, en cas de catastrophe : sauver « les femmes et les enfants d’abord », car ils sont l’avenir.

Une guerre sur trois fronts

Contrairement à ce qu’ont pu écrire certains analystes, optimistes, Emmanuel Macron ne mène pas une guerre sur deux fronts, situation déjà délicate, mais sur trois. En effet si les fronts de la crise sanitaire et du terrorisme islamiste sont évidents un troisième front n’est pas moins réel. C’est celui ouvert, par les tenants d’une idéologie libérale-libertaire, contre les héritiers, à des degrés divers, d’une conception traditionnelle de la société. Ceux que révulsent la révision des lois de bioéthique, ceux que dégoûtent le mariage homosexuel, ceux que blessent la suspension du culte public, ceux qui voient dans le mariage autre chose que l’optimisation fiscale de deux frottements d’épidermes, ceux qui pensent que l’éducation des enfants et le choix des écoles sont de la responsabilité des parents et non de celle de l’État, ceux qui paient leurs impôts et leurs amendes de stationnement ou d’excès de vitesse, ceux qui sont, a priori pour l’ordre et la police, ceux que scandalisent les caricatures pornographiques et scatologiques de Charlie-Hebdo, etc. etc. Tous ces braves gens que, dans une belle formule, Gabrielle Cluzel a appelés « La France bien élevée » ! Signe qui ne trompe pas, de ce malaise et de cette dissidence en phase de maturation, plusieurs évêques de France dont le président de la Conférence des évêques de France, Mgr de Moulins-Beaufort ont déposé un recours devant le Conseil d’État pour s’opposer à ce qu’ils considèrent comme une grave atteinte à la liberté de culte, soit la suppression des cérémonies religieuses dans les églises. Pour qui connaît la prudence, pour ne pas dire la servilité, d’une grande partie des évêques de France vis-à-vis de la puissance publique, ce geste en dit long sur l’exaspération de leurs ouailles, qui sont, par nature, à la suite de l’enseignement de saint Paul, parmi les citoyens les plus respectueux des autorités publiques. Le drame est que beaucoup de Français n’ont plus confiance dans les dirigeants de leur pays pour prendre les bonnes décisions au service du bien commun. Trop de mensonges ont discrédité la parole publique. Trop d’affirmations péremptoires, immédiatement contredites, ont été proférées. Citons Olivier Véran le 9 mars sur BFM TV : « C’est le confinement qui provoque la circulation du virus ». Chacun appréciera la cohérence entre cette analyse et la situation présente…Trop de collusions avec l’industrie pharmaceutique et la haute finance ont jeté un doute sur le bien-fondé de certaines mesures. Trop de paroles, non suivies d’actions, suite à de précédents attentats islamistes, ont jeté la suspicion sur la volonté réelle de la puissance publique de lutter contre l’hydre islamiste. Trop de marques de mépris, à l’encontre de notre héritage national, de nos Anciens, de notre histoire ont été posées par ceux qui aujourd’hui en appellent à l’union autour d’eux pour que cet appel soit recevable.

Quelle autorité ?

Il est classique de distinguer dans l’autorité deux dimensions : l’auctoritas et la potestas. On peut se soumettre à l’autorité pour deux raisons, généralement conjuguées. Soit parce que l’on a le sentiment que cette autorité prend les bonnes décisions, au bon moment, au service du bien commun, c’est l’auctoritas. Soit par ce que cette autorité dispose des moyens coercitifs en mesure d’imposer sa volonté, c’est la potestas. Au vu de l’appareil policier aujourd’hui déployé, qui d’ailleurs ne sait plus très bien si sa mission est d’empêcher les décapitations ou de veiller au port du masque, chacun aura compris dans quel type de rapport à l’autorité se trouve notre pays. Il est à craindre que tout cela ne soit la marque du délitement accéléré d’un régime dont les ultimes soubresauts risquent d’être dramatiques. Bien plus dramatiques, en tout cas, qu’un naufrage au large de Saint-Jean-d’Acre.

Jean-Pierre Maugendre

3 réponses

  1. La demande du droit de culte au Conseil d’État serait une victoire à la Pyrrhus ; petit gain à court-terme pour de grands dommages à moyen et long terme ; c’est nous assujettir encore davantage à Satan et à leurs valets-esclaves que sont les francs-maçons, valider et nourrir leur pouvoir sur les chrétiens, et surtout mettre notre confiance en l’humain plutôt qu’en Dieu premier lieu !
    St Paul nous avait déjà prévenue en reprochant à certains d’avoir à faire au tribunal extérieure à l’Église…certes, il le disait par rapport à des problèmes internes mais le « droit » au culte est aussi un problème interne à l’Église qui n’a à le réclamer à personne si ce n’est qu’à elle-même !… »ne formez pas d’attelage boiteux avec des non-croyants… » (2 Corinthiens 6, 14-18 & 7, 1).

    Que faire alors ?
    Ste Jeanne d’Arc nous montre la voie:
    par charité, avec insistance ET fermeté, elle prévenait et invitait les anglais (aujourd’hui, groupes occultes en tous genres et adeptes de l’Islam..) à QUITTER la France pour leur éviter les conséquences néfastes et douloureuses de leur défaite !
    Elle soignait tous les blessés, français…et anglais.. et empêchait ses chevaliers et soldats de commettre des pillages, les obligeait à se confesser et à communier avant chaque bataille et se confessait elle-même souvent deux fois par jour !

    Prière, pénitence et sacrifice et le rosaire -où toute prière méditative et avec un réel repentir-, car nous sommes TOUS co-responsables du mal qui sévit dans le monde à cause de nos propres péchés, ne fussent qu’en pensée.
    ..tout ceci avec foi, cris et larmes, tels que Marie, la mère de Dieu, toujours vierge, nous l’enseigne à toutes ses apparitions, sachant que depuis Fatima elle a été désigné comme le dernier et l’ultime recours avant le « grand déluge » de feu..)..
    Oui, tout ceci constituent LES ARMES de base qui attirera le regard de Dieu sur nous et son aide qui dépasse tous les recours de justice…et conjointement à cela, nous n’échapperons pas, à tout le moins dans un premier temps, à un affrontement physique, défensif, sans haine dans le coeur, mais sans retour en arrière..accompagnant St Michel qui au Ciel, avec ses milices célestes, participe au même combat;
    notre monde étant déchu, Dieu permet par économie que nous suivons, en ultime recours de cette voie comme moyen et non comme fin en soi…
    Action et prière, c’était bla voie de Ste Jeanne d’Arc, St Louis, Clovis et Ste Clotilde, St Charlemagne etc…
    Il faudra aussi vouloir et réaliser la souveraineté de Notre Seigneur Jésus-Christ sur la France (puis le monde par elle) et rétablir une monarchie, une royauté de DROIT DIVIN (et non de droit issu du Conseil d’État !).
    Sans tout cela, nous serons perdus pour longtemps, avec beaucoup de victimes, surtout d’ordre spirituel ; groupes financiers et occultes, transhumanisme, expériences en tous genres sur le génome, avortei, euthanasie, « religion » mondiale etc.. : jamais Satan n’a eu autant les moyens de toucher à qu’est l’essence même de la vie du point de vue anthropologique et spirituel et religieux !
    Il y a aussi un acte préliminaire à tout ceci:
    Revenir à une confession et une communion fréquentes et, par dessus absolument toute priorité, recevoir le Corps du Christ à genoux, sur la langue et de la main du prêtre (non d’un laïc) et assister au sacrifice de la Sainte Messe traditionnelle et non selon le nouvel ordo de Vatican II !

    Personnellement, à ma mesure, j’essaie de mettre en pratique la première partie du programme (prière, pénitence…)…pour la deuxième (le rempart physique), j’attends les signes du Seigneur, pour qu’avec le secours de sa Sainte grâce, je puisse dire à l’heure de ma mort: « je n’ai pas eu honte de Vous Seigneur ! »
    Respectueusement et fraternellement vôtre, à tous, dans Le Seigneur !
    Isaac (ex-musulman devenu chrétien en 2001, par la grâce de Dieu).

  2. Alors que l’effondrement économique  se prépare avec un nouveau confinement général, il est maintenant évident que le Covid sert au but final du gouvernement mondial : la destruction de l’économie et de la richesse populaire pour instaurer le communisme mondial, voulu par les super élites, détruisant u passage la religion Catholique et l’éthique morale qui pourrait en surgir. Le communisme fut installé en Russie par elles, et maintenant la destruction économique et religieuse  est programmée pour recommencer à l’échelle mondiale.

  3. Pour Jean Messiha :

    -Ce nouveau confinement est le symbole d’un échec, l’exécutif n’a pas tiré de leçons de la première vague !
    https://www.bvoltaire.fr/jean-messiha-ce-nouveau-confinement-est-le-symbole-dun-echec-lexecutif-na-pas-tire-de-lecons-de-la-premiere-vague/

    Pour Guillaume Bernard :

    -Ces mesures de reconfinement ne sont pas claires… Les Français sont très inquiets pour l’avenir !
    https://www.bvoltaire.fr/guillaume-bernard-ces-mesures-de-reconfinement-ne-sont-pas-claires-les-francais-sont-tres-inquiets-pour-lavenir/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Nous recommandons

Archives