Mgr Cattenoz : Pourquoi je ne suis pas Charlie !

Terres de mission n°188

Universelle : Pourquoi je ne suis pas Charlie

Mgr Cattenoz, archevêque d’Avignon, vient de publier une tribune dénonçant le droit au blasphème. Il explique, ici, pourquoi il n’est pas Charlie et revient sur les débats qui animent ces jours-ci la communauté catholique, soit la suspension du culte public et la suppression du catéchisme, considéré comme une activité péri scolaire.

En France : « La fraude mystique de Marthe Robin »

Monsieur l’abbé de Tanouarn a lu, un crayon à la main, l’ouvrage qui vient de paraître aux éditions du Cerf sous la plume du religieux carme Conrad de Meester: La fraude mystique de Marthe Robin. Ce travail, qui s’attache à l’analyse des textes écrits ou dictés par Marthe Robin, pose de nombreuses questions qu’il appartiendra à l’autorité dans l’Église de trancher.

En Marche : Montligeon. Et à l’heure de notre mort

Marie Piloquet, rédactrice en chef, du Hors-Série de l’Homme nouveau : Montligeon. Et à l’heure de notre mort présente cette publication et les sujets abordés : l’existence du purgatoire, la personnalité de l’abbé Buguet fondateur de la basilique Notre-Dame de Montligeon, le rôle social de l’abbé Buguet, l’activité actuelle de la basilique et des Ateliers, etc.

3 réponses

  1. Citons feu le Président CHIRAC, en 96 : « Tout ce qui peut blesser les convictions d’autrui, en particulier les convictions religieuses, doit être évité. Si la liberté d’expression est l’un des fondements de la République, celle-ci repose également sur les valeurs de tolérance et de respect de toutes les croyances » et, un peu plus tard en Conseil des Ministres :
    « Je condamne toutes les provocations manifestes, susceptibles d’attiser dangereusement les passions ».
    Cette parole présidentielle était essentielle et respectable et demeure un modèle.

  2. En fait on considere souvent que les croyants des 3 religions dites « du Livre » sont freres dans la foi par Abraham….j énonce…je ne me prononce pas
    Par contre en effet je rejoins totalement l avis de Mgr Cattenoz sur le fait que ma liberté s arrete ou je blesse l autre …et surtout que cela peut créer des tensions vaines. De toute facon ces caricatures – qui insultent a mon sens autant les chretiens que les musulmans- sont ordurieres tout court et n ont pas leur place dans une établissement scolaire accueillant des mineurs. Je suis etonnee que M. Macron ait une telle vision de ce qu on peut montrer ou non aux enfants avec une épouse dans l enseignement de surcroit. Personne n en sortira ni grandi ni eduque …on dirait que notre President est résolument dans le camp adverse de notre Dieu qui est Prince de la Paix entre autre et fait le jeu des ennemis de la paix qui n attendent que cela…je suis profondément choquee.
    Je remercie Mgr Cattenoz et tous ceux qui le suivent sans hesiter sur sa position concernant le culte public et le catechisme (qui n est PAS une activite périscolaire définitivement ). Je prie pour que leur action en faveur d un respect de nos droits legaux et constitutionnels soit couronnée de succes…sinon c est tout simplement que plus aucun de nos droits fondamentaux n est garanti et c est grave ! (Comment interdire la messe alors qu on remplit les écoles…les entreprises…les transports….???l ecole par correspondance c est possible…il y a par exemple le CNED pour cela…le Saint Sacrement non…c est comme la nourriture et les médicaments par exemple…non dematerialisable par definition)
    Quant a Marthe Robin, je laisse cela aux specialistes mais trouve positif et rassurant de constater qu on ne beatifie ni ne canonise pas n importe qui n importe comment meme si c est une personne tres populaire aux yeux des croyants.

  3. Sous la 3e République, l’offense à l’Être Suprême était un délit. Cela ne fait pas des musulmans nos frères. Ce titre est celui des baptisés. Mais il est clair que tout blasphème cherche à offenser Dieu, et doit être dénoncé comme tel.
    L’abbé de Tanouarn a raison: celui qui a lu le travail du Père de Meester ne peut transiger; ce livre est accablant et, sauf réfutation sérieuse, décisif sur la fraude. Quant à le mettre sous le boisseau, c’est trop tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Nous recommandons

Archives