Dernières nouvelles du moulag

C’est à Bernard Chapuis dans un livre éponyme paru en 1982 que l’on doit l’émergence de ce néologisme : le moulag, qui serait un goulag mou, sans barreaux ni bourreaux mais tout aussi totalitaire que son ancêtre soviétique. Au-delà du totalitarisme hygiénique que chacun subit, notamment manifesté dans la suspension du culte public pendant plusieurs mois et l’interdiction des rites funéraires que toutes les civilisations avaient toujours rendus aux morts – notre modeste association est aujourd’hui aux prises avec différentes manifestations du moulag.

Victime de « harcèlement démocratique »

Tout d’abord nous sommes poursuivis en justice par l’association Stop homophobie pour avoir publié sur notre site internet le 13 juin 2019 un article intitulé : L’Eglise du Dieu vivant : la colonne et l’appui de la vérité condamnant ce qu’il est convenu d’appeler les unions civiles homosexuelles et signé de plusieurs cardinaux et évêques. L’audience est fixée au 18 octobre 2021.

Ensuite, alors que notre traditionnelle Université d’été devait avoir lieu au sanctuaire Notre-Dame de Montligeon dans l’Orne, la gendarmerie locale a informé le recteur de la basilique qu’en raison du sujet abordé : Naissance d’une religion : l’écolo-hygiénisme il n’était pas impossible que des opposants se manifestassent sur place. En tout état de cause la gendarmerie organiserait des rondes mais ne pouvait s’engager à assurer la sécurité du rassemblement. Ayant déjà subi une campagne médiatique au mois de novembre dernier, pour un prétendu rassemblement non autorisé par la préfecture, accusation qui s’est avérée fausse, le recteur, la mort dans l’âme, a dû renoncer à nous accueillir. Suite à ce désistement, contactée pour nous accueillir une communauté religieuse de l’ouest de la France a dû, malgré son accord préalable, y renoncer suite à l’opposition de l’ordinaire du lieu, en l’occurrence l’évêque du Mans. C’est donc à proximité de Poitiers à l’abbaye du Pin qu’aura lieu, si Dieu veut, notre prochaine Université d’été. Le cadre de cette ancienne abbaye cistercienne est superbe et renoue avec les heures les plus glorieuses de notre histoire. 

Enfin, peut-être avez-vous éprouvé quelques difficultés à regarder sur Youtube le numéro 216 de l’émission Terres de mission que nous animons sur TV Libertés ? La raison en est que Youtube a suspendu pendant plusieurs jours toutes les émissions de TV Libertés au motif que des fake news sur les vaccins à l’occasion de la pandémie de Covid 19 y auraient été énoncées. Le sommaire de cette émission était en effet bien sulfureux puisqu’il s’agissait de traiter de la Pentecôte, de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et de la personnalité de Mgr Vladimir Ghika.                                                                                       

Un bonheur n’arrivant jamais seul je découvre à l’occasion d’un entretien dans un établissement scolaire hors-contrat qu’une des écoles de cette congrégation enseignante vient d’être inspectée par une dizaine d’inspecteurs de l’Education nationale, arrivés sans prévenir, courtois mais prenants de multiples photos et scandalisés par le fait que l’on puisse encore faire lire des ouvrages de la bibliothèque verte ou rose à l’heure d’internet et de Harry Potter. Il semblerait que cette fois aucun élève n’ait été pris à part, seul, par un ou plusieurs inspecteurs ce qui est parfaitement illégal mais pratique courante lors de ces inspections. Il s’agirait, paraît-il, de prévenir le communautarisme et donc le terrorisme. Tous les titulaires d’une Carte Nationale d’Identité française qui se sont illustrés ces dernières années dans des actes terroristes étaient, semble-t-il, de purs produits de l’école publique, laïque, républicaine, gratuite et obligatoire. Ce fait permet à Gérald Darmanin de se répandre en disant qu’il ne comprend pas le lien que certains établissent entre terrorisme et immigration puisque la majorité des terroristes islamistes s’avèrent de nationalité française. A ce niveau-là affirmer que notre ministre de l’Intérieur est soit un abruti soit un individu malhonnête ce n’est pas émettre une opinion, c’est faire une simple observation clinique. Enfin, on cherche, en vain, le lien entre les inspections récurrentes et tatillonnes que subissent quasiment chaque année les écoles catholiques hors-contrats et le terrorisme islamiste. Jusqu’à présent ces écoles semblent, en effet, avoir fourni bien peu de candidats au djihad.

Le tableau serait incomplet si nous ne mentionnions l’agression physique dont a été victime, de la part de militants d’extrême-gauche, le 29 mai une paisible procession de paroissiens parisiens rendant hommage aux martyrs de la rue Haxo massacrés par la Commune de Paris.

Sans sombrer dans le syndrome de la maladie de la persécution, tout cela procède, peu ou prou, du « harcèlement démocratique » promu, en son temps, par « l’intègre » Jean-Christophe Cambadélis. Harcèlement juridique, médiatique, institutionnel et physique qui vise à réduire au silence et à l’inaction ce qui reste du « monde d’avant », qui n’a pas totalement rendu les armes à la religion consumériste dominante.

Un enjeu de civilisation                                                                         

Au nom d’utopies mortifères : les droits de l’homme sans Dieu, la laïcité comme constituant essentiel de l’identité française, la République comme unique concept politique légitime, etc. un totalitarisme mou s’installe dans l’indifférence du plus grand nombre. Alors que le Président de la République poursuit son œuvre de déconstruction de l’histoire de France et de négation de notre identité tous les moyens sont utilisés pour réduire au silence ceux qui, à leur place, cherchent à transmettre le flambeau de notre civilisation chrétienne et française. Tout cela ne doit pas nous décourager. Nous savons qu’un jour sur l’injustice des hommes resplendira la justice de Dieu. Nous avons aussi appris que : « Ce n’est pas l’espérance de la victoire, c’est la nécessité du combat qui fait le combattant chrétien : il sait bien que le royaume du Christ n’est pas de ce monde, que le témoignage de la vérité peut conduire au calvaire, et il place sa véritable espérance en la Résurrection. Son intransigeance temporelle envers le Mal ne se fonde pas sur la croyance qu’il vaincra le Mal, mais sur la conscience intime qui le meut qu’il ne pourrait consentir à aucune autre attitude sans déchoir, sans trahir, et sans perdre son âme. » Jean-Louis Lagor in « Le temps de l’imposture » (1947)

C’est tout simplement la pérennité de notre civilisation qui est en jeu aujourd’hui. Face à ce défi chacun est appelé à surmonter ses peurs et à ne pas confondre la légitime prudence avec la pusillanimité. Le 8 juin 1978 Alexandre Soljénitsyne avait prononcé une conférence remarquée à Harvard. Il y notait, sans ambages, dès le début de son intervention : « Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l’Ouest aujourd’hui pour un observateur extérieur ».La dureté des temps que nous vivons fait que tous les braves gens que nous sommes sont appelés, pour rester fidèles à leur vocation et à leurs Anciens, à devenir des gens braves. Que Dieu nous y aide !

                                                                           Jean-Pierre Maugendre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Nous recommandons

Archives