Abbaye de Pontigny. L’évêque préfère un hôtel de luxe à un séminaire « tradi ».

Entretien avec Jacques Chanard, ancien maire de Chevannes, porte-parole d’un groupe d’élus locaux de la région d’Auxerre. (propos recueillis par Jean-Pierre Maugendre)

I Quelle est l’histoire de l’abbaye de Pontigny ?

L’Abbaye de Pontigny, édifiée au XIIè siècle par les moines cisterciens, est la 2è fille de Citeaux. C’est la plus grande abbaye cistercienne au monde qui existe encore dans son état d’origine.

Au siècle dernier (1910 -1930), elle accueille les « Décades de Pontigny », point de rencontres des plus grands écrivains français (André Gide, Roger Martin du Gard, André Maurois, François Mauriac, etc.)

Le site de l’abbaye comprend l’église abbatiale, cathédrale de la Mission de France, propriété de la commune, et des bâtiments abbatiaux (5000 M 2) sur un parc de 10 hectares.

Par volonté de Jean Pierre Soisson, président de la Région, les bâtiments et le parc sont devenus en 2001 propriété de la Région Bourgogne-Franche-Comté (succédant au département).

En avril 2019, la Région, présidée par la socialiste Marie-Guite Dufay, a décidé de mettre en vente les bâtiments et le parc, l’église abbatiale demeurant, bien entendu, propriété de la commune de Pontigny.

II Quelle est l’origine du conflit actuel ?

Deux offres d’achat ont été déposées :

  • La première émanant de la Fondation François Schneider (en vue d’assurer la promotion de l’art dit « contemporain ») pour la somme de 1,8 M€, dont seulement 5% payables à la promesse de vente, le solde payable sous un an après inventaire de l’état des bâtiments et obtention d’un partenariat avec un groupe hôtelier.
  • La seconde émanant de la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre, pour la somme de 2,1 M€, payables sans délai, en vue d’y installer un séminaire pour former une cinquantaine de prêtres francophones, séminaire complétant le maillage existant de séminaires germanophone et anglophone.

III Quel a été le processus de la vente en novembre et décembre 2020 ?

La Présidente, adossée à une majorité socialiste / LREM, et soutenue par les réseaux maçonniques, très influents dans la Région, l’ancien ministre Jean-Pierre Soisson gardant son rôle de « vieux cacique », a décidé d’attribuer l’Abbaye à François Schneider, en dépit de la différence de prix avec l’offre de la Fraternité Saint Pierre.

Pour justifier son choix, madame Dufay s’est référée au fait que la FSSP mentionnait la nécessité de bénéficier d’un « commodat » de l’archevêque pour utiliser l’église abbatiale.

  • L’hostilité de Mgr Giraud vis-à-vis d’un projet porté par une congrégation considérée comme « traditionaliste » a été l’argument central du discours de la Présidente lors du vote du 10 Décembre 2020.

IV Que s’est-il passé depuis ?

Depuis le vote attribuant l’abbaye à François Schneider, la Région, qui avait délaissé ces bâtiments au cours des vingt dernières années, a lancé un ambitieux programme de restauration des toitures.

Il semblerait que plus d’1 Million € aient été déjà engagés.

V Quelle est la situation actuelle ?

A notre connaissance, la promesse de vente n’a pas encore été signée, et c’est à bon droit que les travaux se poursuivent, la Région demeurant propriétaire.

Toutefois, c’est une façon détournée de faire un « cadeau » à M Schneider, puisque la moitié du prix de vente sera absorbée par les travaux déjà réalisés.

Par ailleurs, il semblerait qu’aucun groupe hôtelier « sérieux » ne soit disposé à investir 6 à 7 Millions € pour agencer un hôtel restaurant de luxe dans le petit village de Pontigny.

Rappelons, enfin que la précédente opération immobilière pilotée par François Schneider (hôtel / restaurant / golf de Roncemay, au nord de l’Yonne) s’est soldée par un cuisant échec.

Le domaine est à l’abandon, envahi par les ronces …

VI Quelle est la position de l’archevêque de Sens-Auxerre, Mgr Hervé Giraud, prélat de la Mission de France ?

Notons d’abord que les membres du Groupe de Soutien à la FSSP pour le rachat de l’Abbaye de Pontigny, élus locaux en exercice et anciens élus, sont convaincus que le projet Schneider est voué à l’échec, et que fin 2021, la nouvelle majorité du Conseil Régional sera conduite à réexaminer le dossier.

La proposition de la FSSP sera, alors, probablement réétudiée.

Toutefois, sauf évolution de sa position, nous nous heurterons, à nouveau, au refus de l’archevêque d’accorder un « commodat » permettant de faire coexister le rite dit « ordinaire » (Mission de France) et le rite dit « extraordinaire » (Fraternité Saint Pierre).

VII   Existe-t-il des recours ?

Le cardinal Robert Sarah, à l’époque préfet de la Congrégation pour le culte divin, Monseigneur Eric de Moulins Beaufort, Président de la Conférence des Evêques de France, et Monseigneur Migliore, Nonce Apostolique à Paris, ont été sensibilisés au sujet début 2021.

Ils ont tous les trois répondu que l’archevêque est souverain en son diocèse.

Partagez cet article pour faire connaître Renaissance catholique

Cet article vous plaît ?

Abonnez-vous dès maintenant à notre lettre d’information et recevez en priorité nos derniers articles, ainsi que des promotions sur notre boutique et des invitations à des évènements. 

papier, numérique,
ou les deux ?

Découvrez dès maintenant nos différentes formules d’abonnement. 

Nos articles les plus lus

Je soutiens RC

4 réponses

  1. Quelle division pitoyable dans l’Église, Une Sainte Catholique et Apostolique, il y a beaucoup de vocations chez les tradis, pourquoi ? Il y a un tel.manque de repères dans notre monde ! Que les jeunes
    couples ont un désir d’absolu ! Noys remarquons dans les paroisses de plus en plus de jeunes familles attirés par la Fraternite St Pierre ou autre, exemple LE BARROUX ou L’ab baye de FONTGOMBAULT, il y a un peu de tous les milieux ! Il y a plusieurs demeures dans la Maison du Père…En outre lors des messes dites conciliaires et normales, pardonnez moi mais les intentions lues par des laïcs sont souvent insipides et n »ayant aucun rapport avec la liturgie, ?? Nous souffrons lors des lectures 1ere et 2ème le tire je ne crois pas que tous les lecteurs choisis comprennent ce qu’ils lisent ? Cest tout de même regrettable !!

  2. Qu’y-at-il là d’étonnant ?
    L’Eglise dite de France – et ses principaux représentants à quelques très rares exceptions – est en état d’apostasie avancée. Elle ne saurait soutenir un projet qui n’aille pas dans le sens de « l’ouverture au monde » par quoi il faut entendre « ouverture à tous les ennemis du catholicisme et à la reconnaissance du Christ Roi des nations » : francs-maçons, progressistes, « œcuménistes », syncrétistes, tous héritiers, à un titre ou un autre, du messianisme talmudique qui a inspiré à peu près toutes les grandes tentatives lancées contre l’Eglise depuis ses origines : gnosticisme, catharisme, hussisme, protestantisme, anabaptisme, plus tard révolution et communisme.
    Le catholicisme, en France et en Europe est en état de corruption doctrinale, liturgique, morale et pastorale avancée et les scandales financiers et sexuels qui ont explosé depuis Vatican II, n’en sont que la manifestation la plus superficielle : des cloques apparues sur un organisme en été de putréfaction.
    Mais la Providence veille et, si elle décide que ce haut lieu chrétien doit retrouver sa vocation propre, nul doute qu’elle déjouera les calculs des mécréants de toute sorte.
    Bon courage.

    1. « Tout empire divisé contre lui-même périra. »
      Reste , heureusement , que  » les portes de l’enfer ne prévaudront pas « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.